L’impact du mouvement #MeToo sur le lieu de travail moyen

L’impact du mouvement #MeToo sur le lieu de travail moyen

L’expression «moi aussi» a Ă©tĂ© inventĂ©e Ă  l’origine par Tarana Burke en 2006. Elle a Ă©tĂ© utilisĂ©e pour aider les femmes qui avaient survĂ©cu Ă  une agression sexuelle Ă  se sentir comme si elles avaient une voix. Mais le mouvement #MeToo a vraiment commencĂ© Ă  gagner en popularitĂ© et Ă  devenir une force en 2017, lorsque l’actrice Alyssa Milano a tweetĂ© Ă  ce sujet, suggĂ©rant aux gens d’utiliser le hashtag s’ils avaient dĂ©jĂ  Ă©tĂ© victimes d’agression sexuelle.

Le tweet de Milano a dĂ©clenchĂ© une tempĂŞte de feu Ă  Hollywood, dans le monde politique et dans la vie quotidienne des femmes du monde entier. D’Ă©normes noms Ă  Hollywood, notamment Harvey Weinstein, Woody Allen et Kevin Spacey, ont tous Ă©tĂ© dĂ©signĂ©s comme des agresseurs. Weinstein est en prison depuis 2018 et risque une peine Ă  perpĂ©tuitĂ© pour ses crimes contre les femmes.

Le sĂ©nateur Al Franken a dĂ©missionnĂ© de ses fonctions après avoir Ă©galement Ă©tĂ© appelĂ© sur des allĂ©gations sexuelles. Matt Lauer a Ă©tĂ© renvoyĂ© de The Today Show après avoir animĂ© le programme du matin pendant 20 ans sur la base d’un rapport d’agression sexuelle d’un membre du personnel.

Le mouvement #MeToo a mĂŞme trouvĂ© son chemin sur le lieu de travail amĂ©ricain, avec 38% des superviseurs dĂ©clarant qu’après le dĂ©but du mouvement, ils ont commencĂ© Ă  changer leur façon d’interagir avec les employĂ©s. Mais ces changements sont-ils toujours en place aujourd’hui? Le mouvement #MeToo a-t-il toujours un impact sur le lieu de travail moyen?

Les femmes sur le lieu de travail

Avant mĂŞme que le mouvement #MeToo ne gagne en popularitĂ©, le visage du lieu de travail commençait Ă  changer. Le mouvement l’a simplement fait changer plus rapidement. En 2017, par exemple, les femmes avaient plus d’icĂ´nes de carrière sur lesquelles se tourner, 32% des entreprises du Fortune 500 avaient des femmes PDG et une plus grande attention Ă©tait accordĂ©e Ă  l’Ă©cart de rĂ©munĂ©ration entre les sexes.

Comment les choses ont-elles encore plus changé depuis le début du mouvement #MeToo? Premièrement, cela a poussé certains États à interdire les accords de non-divulgation sur le lieu de travail. Ces accords étaient souvent utilisés pour dissimuler le harcèlement sexuel. Leur interdiction donne aux femmes (et aux hommes) plus de protection et la capacité de parler librement sans répercussions.

Bien que les lois et les changements de politique soient de grandes Ă©tapes pour changer la culture du lieu de travail et des choses tangibles que nous pouvons voir comme un progrès, certains aspects du mouvement #MeToo ne sont pas exactement mesurables. Cela inclut des choses comme le degrĂ© de confort des femmes sur le lieu de travail. En 2018, 90% des cas de harcèlement au travail n’Ă©taient toujours pas signalĂ©s. Mais le harcèlement lui-mĂŞme a-t-il diminuĂ©? La recherche suggère que c’est le cas. Une Ă©tude rĂ©alisĂ©e par la Leeds School of Business a Ă©valuĂ© les chiffres en parlant Ă  de vraies femmes sur le lieu de travail. Ils ont interrogĂ© 500 femmes qui travaillent aux États-Unis, Ă  la fois en 2016 et 2018 (après le mouvement #MeToo). Selon les rĂ©ponses des femmes, l’attention sexuelle non dĂ©sirĂ©e au travail est passĂ©e de 66% en 2016 Ă  seulement 25% en 2018.

Les résultats positifs du mouvement #MeToo

On peut soutenir que si une seule femme était habilitée par le mouvement #MeToo et était capable de présenter son histoire de survie, ce fut un succès. Mais ce mouvement a amené de nombreuses femmes non seulement à se manifester, mais à adopter des habitudes plus saines et plus fortes qui peuvent les mener au succès.

Selon l’UniversitĂ© de l’Ohio, le hashtag a Ă©tĂ© retweetĂ© 1,2 million de fois en seulement 96 heures une fois que Milano a lancĂ© le bal. Sur Facebook, la publication a suscitĂ© plus de 12 millions de publications et de rĂ©actions en seulement 24 heures. Si rien d’autre, le mouvement #MeToo a mis en lumière les agressions sexuelles d’une manière qu’aucun autre mouvement n’a jamais fait. Cela a changĂ© la façon dont les gens voient l’agression sexuelle. Et cela a permis aux femmes de se sentir plus Ă  l’aise pour faire des rapports.

L’État de New York a Ă©largi ses lois sur le harcèlement sexuel en raison de #MeToo, offrant des protections supplĂ©mentaires aux entrepreneurs gĂ©nĂ©raux et aux employĂ©s de maison. Certaines victimes reçoivent mĂŞme des compensations financières, comme celles de l’affaire Larry Nassar. Des affaires très mĂ©diatisĂ©es comme celles-ci peuvent inciter les femmes Ă  se sentir plus confiantes pour intenter des poursuites judiciaires contre leurs agresseurs au travail.

Que faut-il encore faire

Bien que le mouvement #MeToo ait eu de nombreux rĂ©sultats positifs, il reste encore un long chemin Ă  parcourir pour mettre fin aux agressions sexuelles sur le lieu de travail et amĂ©liorer l’Ă©galitĂ© des sexes. Un point de dĂ©part est de former le personnel du lieu de travail en consĂ©quence. Bien que les femmes puissent se sentir plus Ă  l’aise pour parler de leurs expĂ©riences d’agression sexuelle, il est important que les reprĂ©sentants de la santĂ© les prennent au sĂ©rieux et comprennent l’importance de la vie privĂ©e et de la confidentialitĂ© avec des sujets aussi sensibles.

Des changements aux environnements de travail doivent ĂŞtre apportĂ©s et adaptĂ©s en permanence pour crĂ©er une culture d’Ă©galitĂ© et de sĂ©curitĂ©. Les chefs d’entreprise devraient encourager les victimes Ă  se manifester sans risque de rĂ©percussions. Les femmes devraient se sentir en sĂ©curitĂ© sur le lieu de travail pour parler de ce qui s’est passĂ©. Et l’atmosphère elle-mĂŞme devrait ĂŞtre d’ouverture, afin que les hommes et les femmes sachent que le harcèlement sexuel n’est pas tolĂ©rĂ©.

Le harcèlement sexuel doit ĂŞtre clairement dĂ©fini par toute entreprise. Et accompagnĂ© d’un protocole de dĂ©pĂ´t de plaintes qui sera pris au sĂ©rieux avec une enquĂŞte approfondie. Les entreprises devraient Ă©galement faire savoir aux auteurs que leurs actes auront des consĂ©quences.

Le mouvement #MeToo a crĂ©Ă© un changement dans les cultures d’entreprise partout aux États-Unis. Alors que certains pourraient soutenir que les changements sont enracinĂ©s dans la «peur» des hommes qui craignent d’ĂŞtre accusĂ©s de quelque chose, l’environnement peut continuer Ă  se transformer en un environnement positif et plus Ă©gal si nous n’oublions pas l’importance de ce mouvement et les survivants derrière. Il ne s’agit pas de crĂ©er une culture de la peur, mais de crĂ©er une culture de la sĂ©curitĂ© pour tous.

Cet article d’invitĂ© a Ă©tĂ© rĂ©digĂ© par Magnolia Potter

Magnolia Potter est une blogueuse du nord-ouest du Pacifique. Elle aime Ă©crire sur une variĂ©tĂ© de sujets allant de la technologie au style de vie. Quand elle n’Ă©crit pas, vous pouvez la trouver en train de voyager loin ou de lire un bon livre.